Investir dans un REEE

Publié le 20 septembre 2017 Laissez vos commentaires

Le Régime enregistré d’épargne-études (REEE) doit son existence aux coûts d’études postsecondaires. Bien que faibles lorsque comparés à d’autres, les frais de scolarité au Canada sont non négligeables. Selon Statistique Canada, il pourrait en coûter au maximum presque 20 000 $ en 2020 pour un étudiant au premier cycle de baccalauréat¹ . Voilà une somme que peu pourraient se permettre de débourser demain matin. Le pourriez-vous?

Dans l’objectif de conscientiser les parents à l’importance de s’y préparer, le gouvernement a mis sur pied un régime avantageux. Voici quelques bienfaits que présente le REEE et qui en font un incontournable pour toutes les familles.

Les subventions gouvernementales

Le gouvernement fédéral offre la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) qui correspond à 20 % de la première tranche de 2 500 $ de cotisation versée annuellement au REEE. Cette subvention sera versée jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de 17 ans. Les subventions peuvent atteindre un maximum de 7 200 $ pour un plafond de cotisation de 50 000 $ à vie par bénéficiaire pour le REEE. Il est également possible d’obtenir un supplément de SCEE si le revenu familial est inférieur au 3e palier d’imposition.

Depuis 2007, le gouvernement québécois offre un incitatif à l’épargne-études (IQEE) représentant 10 % des cotisations versées dans l’année jusqu’à concurrence de 250 $.

Pour des cotisations au REEE minimum de 2500$ par année
    Aides gouvernementales    
Revenu familial Cotisations personnelles SCEE SCEE supplémentaire IQEE Total Total Rendement avant placements
45 916 $ ou moins 2 500 $    500 $ 200 $ 250 $ 950 $ 3 400 $ 38 %
Entre 45 916 $ et 91 831 $ 2 500 $    500 $ 150 $ 250 $ 900 $ 3 400 $ 36 %
91 831 $ et plus 2 500 $    500 $ –   $ 250 $ 750 $ 3 250 $ 30 %

*Relatif à la table d’imposition Fédérale de 2017

Il est aussi possible pour une famille à faible revenu (premier palier d’imposition) de profiter du bon d’études canadien (BEC). Les incitatifs peuvent atteindre jusqu’à 2 000 $ à vie par bénéficiaire admissible sans que la famille est besoin d’y contribuer.

Les avantages fiscaux

Les cotisations et les versements de subventions s’additionnent et fluctuent à l’abri de l’impôt. Lorsque des sommes sont retirées à des fins liées à l’éducation, seuls les gains sur les placements et les montants de subventions (SCEE, IQEE et BEC) seront imposables dans les mains de l’étudiant. Notons que celui-ci devrait être imposé selon le palier inférieur contrairement au(x) parent(s) souscripteur(s) du REEE.

Les droits aux subventions et incitatifs gouvernementaux non utilisés peuvent être reportés.

Paiement d’aide aux études (PAE)

Il s’agit des retraits effectués du REEE pour payer toutes sortes de frais relatifs aux études de l’enfant dans l’objectif de lui venir en aide.

Le montant maximal de PAE pouvant être versé à un étudiant bénéficiaire de REEE établi après 1998 est de 5 000 $ pour les 13 premières semaines consécutives d’étude à temps plein dans un programme d’étude admissible. Ensuite, il n’y a plus de limite, à moins que l’étudiant ne participe plus au programme d’étude admissible pour une période de 12 mois. Alors, la contrainte précédente de 13 semaines s’applique à nouveau. Pour l’étudiant à temps partiel, le maximum est de 2 500 $ pour 13 semaines consécutives.

Puisque l’industrie manufacturière, délocalisée où elle est plus profitable, n’est plus au cœur de l’économie canadienne, l’apparition de nouveaux secteurs tels que celui des technologies de l’information oblige la main-d’œuvre à atteindre un certain niveau d’éducation. Dans un environnement où l’on voit le financement des universités publiques chuter et les frais de scolarité augmenter, l’accessibilité à cette formation académique supérieure repose sur l’épargne accumulée et/ou l’emprunt. Le REEE est la solution parfaite pour permettre de contourner ces deux options.

Dans ce milieu aux mesures législatives complexes et contraignantes, nous pouvons vous aider à prévoir et atteindre vos objectifs de financement pour les études de vos enfants.

1. Source : Statistique Canada. Les frais de scolarité représentent la moyenne des frais imposés à travers le Canada; le coût total comprend aussi la moyenne des frais de logement en résidence universitaire, la fourniture de repas et d’autres frais facturés aux étudiants à temps plein.

Sources

Investir pour les études : https://www.fidelity.ca/cs/Satellite/fr/public/education_planning/overview/education/resp

Subventions et bons offerts à l’égard d’un REEE : https://www.bmo.com/principal/particuliers/investissements/epargne-etudes/reee-subventions-bons#tl-header-top

REEE de Placements CI : http://www.ci.com/orderform/pdf/resp/respbrochure_f.pdf

 

Jean-Sébastien Vaillant
Représentant en épargne collective
Chargé de projets

Publié dans , | Marqué avec , , ,

Partage

Laisser un commentaire

Loading Facebook Comments ...